• image-generique-news

    Le Cours de Philosophie et citoyenneté dans l’enseignement secondaire adopté en deuxième lecture au Gouvernement

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté, ce mercredi 17 mai 2017, l’avant-projet de décret relatif à la mise en œuvre du cours de philosophie et de citoyenneté dans l’enseignement secondaire pour la rentrée de septembre 2017.

    Dans l’enseignement officiel, ainsi que dans le libre non confessionnel qui offre le choix entre les différents cours philosophiques, une des deux périodes de religion ou de morale non confessionnelle sera remplacée par une période de philosophie et citoyenneté.

    Le choix de la deuxième heure de cours philosophique doit être formulé pour le 1er juin via le formulaire qui va leur être remis dans les jours suivants (cf.annexe).

    Quatre possibilités se présentent à eux :

    • deux heures de citoyenneté
    • une heure de citoyenneté + une heure de morale
    • une heure de citoyenneté + de une heure parmi les cinq religions reconnues

    Pour rappel, l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté a pour ambition d’appliquer les démarches et outils de la philosophie (comme le questionnement) à l’objet et l’objectif de citoyenneté.

    Les objectifs de ce cours sont :

    • le développement de compétences et de savoirs relatifs notamment à l’éducation philosophique et éthique et à l’éducation au fonctionnement démocratique, y compris l’éducation au bien-être qui constitue un objectif inhérent aux objectifs précités,
    • le développement de modes de pensées, de capacité d’argumentation et de raisonnement critiques et autonomes ainsi que le développement d’attitudes responsables, citoyennes et solidaires

    Les élèves devront apprendre à réfléchir avant de se faire une idée sur un sujet. L’ambition est également de faire comprendre aux élèves les principes de la démocratie et d’un Etat de droit. L’EPC n’est évidemment pas LA solution à toutes les questions de sociétés mais il devrait aider à surmonter les préjugés et fournir aux jeunes des clés qui ouvrent les portes vers une meilleure compréhension de l’autre pour une société plus harmonieuse

    Du point de vue organisationnel, le décret met en place les conditions dans lesquelles un enseignant de secondaire peut donner cours d’EPC et garantit le maintien de l’emploi. Il assouplit également le décret de l’an dernier pour le primaire afin de répondre aux difficultés rencontrées sur le terrain.

    Les principales modalités d’organisation, pour le primaire comme pour le secondaire, sont les suivantes :

    • Les enseignants doivent être au minimum bachelier ou équivalent pour le secondaire inférieur et master ou équivalent pour le secondaire supérieur ;
    • Les enseignants peuvent choisir de donner le cours de Philosophie et Citoyenneté moyennant une formation à la neutralité (excepté s’ils sortent de l’enseignement officiel) et une formation à la didactique spécifique au cours d’EPC d’ici 2021 (choix qui a été effectué l’an dernier en primaire) ;
    • on donne à tous les enseignants ayant optés pour l’EPC deux périodes par semaine pendant 4 ans pour se former et préparer le cours ;
    • on limite à 6 le nombre maximal d’implantations dans lesquelles les enseignants doivent prester. Le cas échéant, ils pourront compléter leur horaire en faisant des activités au sein des implantations : remédiation, animation et surveillance de la médiathèque, accompagnement des élèves lors des activités externes…
    • on assure le maintien à l’emploi des professeurs de religion et de morale (primaire et secondaire) via un éventail d’activités en lien avec leur cours plus larges que l’an dernier


     

  • image-generique-news

    Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Université ouvre ses portes aux 6-12 ans !

    Le Vice-Président du Gouvernement, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Jean-Claude Marcourt, a décidé de soutenir la création d’une Université des Enfants. Ce projet pilote inédit en Fédération Wallonie-Bruxelles permettra de créer un espace de rencontres et d’échanges entre chercheurs, professeurs de l’Université et des enfants de 6 à 12 ans.

    Le Ministre de la Promotion de Bruxelles, Rachid Madrane a également souhaité soutenir le projet.

    Au-delà du transfert de connaissances, cette « Université des Enfants » est également un outil ludique et pédagogique qui développera la curiosité naturelle des enfants, attisera leur esprit critique et leur soif d’apprendre. Placé en dehors du cadre scolaire, cette Université a également pour vocation d’aider à l’épanouissement des plus jeunes dans un contexte ouvert, sans discrimination aucune et sans pression ou obligation de performance. Ce projet est un formidable atout pour revaloriser le rôle de vulgarisateur de la recherche et nouer des liens avec les chercheurs.

    Ce projet jouera également un rôle en tant qu’instrument de lutte contre les exclusions sociales et l’inégalité des accès aux savoirs. En touchant des enfants issus de tout milieu social, l’Université des Enfants permettra de démystifier l’accès à l’enseignement supérieur et plus particulièrement le monde universitaire.

    L’Université des Enfants est un concept qui existe déjà à travers le réseau European Children’s Universities Network (EUCU.NET) qui implique une quarantaine de pays, plus de 350 projets d’universités, 14.000 scientifiques, et 530.000 enfants par an. C’est à travers la participation de l’Université Libre de Bruxelles que la Fédération Wallonie – Bruxelles se lance à son tour dans l’aventure. Dès la rentrée académique 2017, l’ULB  ouvrira chaque samedi ses campus aux enfants. La séance inaugurale aura lieu ce samedi 20 mai.



     

  • image-generique-news

    Des subventions complémentaires de fonctionnement au bénéfice des Centres culturels

     

    Sur proposition de la Ministre de la Culture, Alda Greoli, le Gouvernement a décidé d’octroyer des subventions complémentaires de fonctionnement de 181.090,38 euros aux Centres culturels pour l’année 2017.

    Il s’agit des centres culturels suivants :

    • Maison culturelle de Ath
    • Centre culturelle d’Aubange
    • Centre culturelle de Colfontaine
    • Centre culturel du Brabant Wallon
    • Centre culturel de l’Entité fossoise
    • « CLI » Centre de Loisir et d’Information à Ittre
    • Centre culturel de Jodoigne
    • Centre culturel de Leuze-en-Hainaut


     

  • image-generique-news

    Subvention pour des animations philosophiques et citoyennes dans les écoles.

    Sur proposition de la Ministre de l’Education, Marie-Martine Schyns, le Gouvernement a décidé d’octroyer une subvention de 35.000 € à l’ASBL Philocité. Cette subvention permettra de répondre aux demandes des écoles dans l’animation d’ateliers philosophiques pour les élèves, au développement des activités de l’ASBL dans d’autres provinces et d’aider les enseignants en leur proposant des formations et du matériel pédagogique.

    L’ASBL PhiloCité regroupe des enseignants et chercheurs en philosophie issus de l’Université de Liège. Celle-ci propose chaque année 400 animations de discussions philosophiques et citoyennes dans les écoles et assure la formation de plus de 250 enseignants. L’ASBL est très sollicitée pour les activités qu’elle propose et souhaite développer son activité sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans le cadre de la mise en œuvre du cours d’Education à la  philosophie et la citoyenneté  l’ASBL propose des cycles d’animations qui visent non seulement la formation de l’enseignant mais également la création et la diffusion d’un matériel pédagogique adapté.

    Trois axes sont développés par cette ASBL :

    1. Favoriser le développement d’aptitudes philosophiques chez les enfants (animation directe des jeunes en ateliers et travaille sur les modes d’expression, d’argumentation et sur la faculté de jugement).
    2. Mieux connaître et faire connaître la pratique de la philosophie avec les jeunes (Développement des programmes de recherche sur les mécanismes d’intégration, de diminution de la violence et gestion des conflits par la mise en œuvre d’ateliers philosophiques).
    3. Former à la pratique de la philosophie avec les élèves (animations de discussions  et d’ateliers philosophiques).

    Ce projet comprend également une dimension de production d’outils d’animation pratiques et pédagogiques pour le cours de philosophie et de citoyenneté. Ces outils sont transmis à tous les  enseignants qui le souhaitent.

    Actuellement, lors de la réception de la demande des écoles, les critères d’acceptation sont les suivants :

    • Priorité aux établissements scolaires d’encadrement différencié ;
    • L’engagement de l’enseignant et de la direction. En effet, le cycle proposé nécessite un investissement en temps pour permettre un travail en profondeur.


     

  • image-generique-news

    Subvention de 19.000 € pour le département d’Astrophysique, de Géophysique et d’Océanographie de l’Université de Liège

    Le département d’Astrophysique, de Géophysique et d’Océanographie (AGO) de l’Université de Liège organise pour ses chercheurs chaque année des missions d’observation astronomique dans des stations scientifiques internationales comme au Jungfraujoch (en Suisse) ou à l’Observatoire des Alpes de Hautes Provence (en France).

    Cette année, les chercheurs souhaitent également se rendre à l’Observatoire de Devasthal (en Inde) où un télescope à miroir liquide de 4m -principalement financé avec des fonds de recherche de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Région Wallonne et du F.R.S-FNRS- est en cours d’installation.

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a donc décidé d’octroyer une subvention de 19.000 € pour mener à bien ce projet.

    Les données récoltées lors de ces missions scientifiques sont essentielles pour permettre aux chercheurs du département AGO de publier dans des revues scientifiques internationales et diffuser leur connaissance. Par ailleurs, ces données récoltées peuvent également être directement utilisées par les étudiants ingénieurs en aéronautique ou en sciences spatiales à l’ULg et être ainsi intégrées dans leur formation.



     

  • WEB_inauguration A8-E42-18

    L’autoroute A8/E42 enfin rouverte !

    Depuis ce mercredi 17 mai vers 11h, l’autoroute A8/E42 a été rouverte à la circulation en direction de Bruxelles, le 31 mai,  l’ensemble des voies sera totalement libéré dans les deux sens : c’est une excellente nouvelle pour tous les usagers de ce tronçon largement fréquenté : on arrive à près de 23.000 véhicules par jour sur ce tronçon.

    « Ce chantier entre Froyennes et Lamain d’un côté et entre Lamain et Kain de l’autre, était colossal mais indispensable : l’état de la voirie était dramatique pour les automobilistes, » explique Rudy Demotte. Interpellé par les riverains, un travail s’est amorcé avec eux. C’est ainsi que 7500m2 de murs antibruit ont été posés. Un record sur une autoroute wallonne, même si des études vont encore être faites afin de vérifier s’ils suffisent. Rudy Demotte salue la collaboration qui s’est nouée entre les différents partenaires : le SPW et la Sofico.

    Le chantier réhabilite en profondeur 7,5 km d’autoroute entre Froyennes et Lamain, vers la France, ainsi que 9 km entre Lamain et Kain, vers Bruxelles, sur l’autoroute E42/A8. Pour le concrétiser, il a fallu démolir la voirie jusqu’aux sous-fondations mais aussi reconstruire de nouvelles structures dont une voirie en béton armé continu. Ce matériau présente de nombreux avantages car il est, à la fois, plus résistant et durable mais surtout il produit de faibles nuisances acoustiques. Ajoutons que pour améliorer la fluidité du trafic, une troisième bande de circulation entre Kain et  l’échangeur de Marquain (E42/A8-E403/A17) a été créée. Ce chantier de près de 40 millions d’euros n’a pas que porté sur la voirie, les travaux ont aussi concerné l’égouttage, l’entretien des fossés avec comme objectif de limiter les risques d’inondation.

    Ainsi Yves Fobelets, ingénieur de la Direction générale des Routes et Bâtiments du SPW, « huit ouvrages d’art ont été réalisés. Les travaux commencés en 2015 ont été organisés en quatre phases pour un montant de 40 millions d’euros. La quatrième et dernière phase portait sur le tronçon allant de l’échangeur de Marquain (E42/A8-E403/A17), jusqu’à Kain, en direction de Bruxelles. Elle a débuté en novembre 2016 et sera totalement achevée le 31 mai 2017, avec un mois d’avance par rapport au dernier calendrier annoncé.  A l’occasion nous avons réhabilité trois échangeurs, posé 230.000m3 de béton armé continu, 18,5 km de glissières de sécurité en béton, 16 km de glissières métalliques, 8 km de tuyaux d’égouttage et 7500 m2 d’écrans acoustiques. »

    Dans le courant du mois de juillet, c’est le chantier de la Chaussée de Bruxelles qui devrait débuter pour améliorer la sécurité de tous. Rudy Demotte a insisté auprès du SPW et de la SOFICO pour qu’une information précise soit dispensée aux riverains et usagers, et pour le respect des délais.



     

  • WEB_Rencontre avec le Grand-Rabbin A.Guiguibis

    Reunion de travail interconvictionnelle pour construire un projet ensemble

    Reunion de travail interconvictionnelle pour construire un projet ensemble

    WEB_Rencontre avec le Grand-Rabbin A.Guigui



     

  • WEB_CP budget 2017-5

    Le Gouvernement de la Fédération clôture son ajustement budgétaire 2017

    « Objectif de l’initial atteint et engagements honorés »

    Ce mercredi 10 mai 2017, le Gouvernement de la Fédération Wallonie – Bruxelles a clôturé son ajustement budgétaire 2017.

    Rappel du budget initial 2017

    Le budget initial 2017 prévoyait un déficit de 221 millions € en terme SEC sur un budget global de près de 10,5 milliards €.

    Pour le Gouvernement, une politique d’austérité n’est pas la réponse à apporter aux nombreux défis à relever. À l’initial 2017, il avait donc décidé – tout en maintenant l’ensemble des mesures d’économies transversales et de réduction du déficit mises en œuvre depuis 2015 – de s’engager dans le soutien de mesures porteuses de progrès social, dans les compétences clés pour l’avenir des francophones et singulièrement des jeunes.

    Des moyens complémentaires avaient été prévus, notamment dans le domaine de l’enseignement. Il s’agissait notamment de 20 millions € pour un nouvel appel à projet pour la création de places dans les bâtiments scolaires ainsi qu’une provision « Enseignement » de 21 millions €, afin d’enclencher entre autres les premières priorités du Pacte pour un Enseignement d’Excellence dès septembre 2017. Par ailleurs des moyens complémentaires non négligeables avaient été octroyés dans la plupart des compétences de la Fédération (Aide à la Jeunesse, Enfance pour la problématique des bébés parqués, Education permanente, Culture, Jeunesse, Enseignement supérieur et de Promotion sociale).

    Lors de cet ajustement du budget 2017, le Gouvernement continue de prendre ses responsabilités et respecte ses engagements.

    L’évolution des paramètres macroéconomiques, et donc des dépenses et des recettes institutionnelles, n’a pas été favorable au budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Au niveau des recettes, si les paramètres de calcul 2017, à l’exception de la clé élèves, sont plus favorables à la FWB que ceux utilisés lors de l’initial, en revanche, les paramètres 2016 définitifs (croissance du PIB et indice des prix à la consommation) sont moins favorables. De ce fait, les recettes baissent donc de près de 12 millions € entre l’initial et l’ajusté.

    Au niveau des dépenses, l’accélération de l’inflation a un double impact : une augmentation de près de 28 millions € des dépenses de traitement suite à l’indexation prévue trois mois plus tôt que prévu, et une augmentation des dépenses dont l’indexation est prévue par décret.

    Ces éléments conjoncturels 2017 sont heureusement compensés par trois bonnes nouvelles :

    • la mise en évidence – sur base des chiffres définitifs 2016 qui confirment ceux de 2015 sur la durée – que le taux d’inexécution des dépenses prévu au budget initial 2017 était beaucoup trop prudente ;
    • des prévisions de résultats en termes SEC des organismes dans le périmètre plus positifs que prévus,
    • et enfin la possibilité d’intégrer dans la clause européenne de flexibilité l’ensemble des dépenses relatives à l’accueil des réfugiés et à la lutte contre le radicalisme, ce que nous n’avions fait que partiellement à l’initial 2017.

    En prenant en compte tous ces mouvements, les travaux du conclave ont démarré sur un solde de financement SEC de -206 millions €, meilleur donc que celui visé à l’initial 2017.

    Des « clauses de rendez-vous » respectées

    Le Gouvernement ayant décidé au début des travaux de se fixer à l’ajustement le même objectif en termes SEC qu’à l’initial (-221 millions € donc), une capacité d’investissement était donc disponible. Il a décidé de l’affecter entièrement, compte tenu des « clauses de rendez-vous » qui avaient été prises lors de l’initial, notamment sur le financement des accords sectoriels enseignement et non marchand, et des besoins urgents et/ou inéluctables à couvrir.

    Les principales décisions prises lors du conclave sont les suivantes :

    En milliers € 2017 2018
    Contrat d’administration : Recrutement de 81 ETP supplémentaires dans le cadre de l’adaptation du Contrat d’administration 722 4.328
    Accord sectoriel Enseignement Supérieur, pour le remplacement des femmes enceintes dans les universités et pour le recrutement de conseillers afin de soutenir les établissements d’enseignements supérieur pour la mise en œuvre du décret « Paysage » 2.000 6.000
    Accord sectoriel Enseignement de Promotion sociale,notamment pour le soutien à l’emploi dans les cadre des missions d’aide à la réussite d’une part, et d’inclusion des personnes porteuses d’un handicap d’autre part. 1.153 2.883
    Accord non marchand 2017-2019 5.000 10.000
    Sport : Assainissement de la situation du Fonds des Sports 842 2.632
    Culture : Soutien complémentaire à des contrats-programmes ou conventions existants 3.200 3.200
    Jeunesse : Décret Centres de jeunes – Renforcement du soutien à l’emploi 1.000 1.000
    Enfance : 4 nouveaux services périnataux 300 300
    Enseignement : 40 recrutements pour l’encodage des dossiers pensions 567 1.700
    Total investissements nouveaux 14.784 32.043

     

    Par ailleurs, le Gouvernement s’est accordé sur la ventilation de la Provision Enseignement de 21 millions :

    En milliers € 2017
    Renforcement de l’encadrement en maternelle 5.560
    Conseillers pédagogiques 1.667
    Rénovation des espaces scolaires 170
    Renforcement de la formation des directions 141
    Bases de données et outils pilotage 100
    Transformation de l’AGE 333
    Cellule opérationnelle Pacte 640
    Equipes projets Pacte 900
    Portail informations métiers et qualifications 540
    Task force transition numérique 90
    Renforcement de l’aide aux directeurs 7.200
    Mesure Ecarts de performance 1.000
    Cantines scolaires – Expérience pilote 1.000
    Pilotage Réforme de la formation initiale 1.400
    Total affectation provision 20.741

     

    Le cadre budgétaire pluriannuel du Pacte – donc au delà de 2017 – de l’impact fera lui l’objet d’une discussion et d’une décision lors du Gouvernement du 17 mai 2017.

    Conclusions

    L’objectif 2017 reste fixé à -221 millions €, mais intègre le financement de toutes les mesures du Pacte.

    Et pour la suite ?

    La politique budgétaire de la FWB s’inscrit dans une volonté de réduction progressive mais soutenable des déficits budgétaires.

    Elle sera toutefois influencée par la mise en œuvre progressive, à partir de 2017, des premières mesures du Pacte d’Excellence, et de la réforme de la formation initiale.

    La réforme de l’Education est conçue comme un investissement dans une réforme structurelle : elle repose sur une série de dépenses initiales suivies de mesures de rationalisations et d’effets « retour ». Par rapport à la trajectoire budgétaire à politique inchangée de la FWB, cette réforme implique donc une augmentation progressive et temporaire des dépenses sur quelques années, dès 2017, en raison du délai de mise en œuvre des différents axes de la réforme et des effets retours.

    C’est dans ce contexte que, pour le programme de stabilité 2017, la Fédération Wallonie-Bruxelles a communiqué au fédéral une trajectoire budgétaire sous condition d’une immunisation des dépenses liée à la réforme structurelle de l’enseignement. Toutes les entités fédérées ont d’ailleurs demandé à pouvoir immuniser, dans le calcul de leurs trajectoires, leurs dépenses d’investissements stratégiques. Pour rappel, les entités fédérées n’ont d’ailleurs pas attendu le Pacte d’investissements stratégiques du Gouvernement fédéral pour entamer une réflexion sur le niveau trop faible des investissements publics. Depuis 2014, elles proposent des solutions pour relancer l’investissement public. Ces solutions nécessitent, en toute logique, des adaptations dans les règles budgétaires et comptables européennes. Pour être entendues, elles doivent donc être portées par l’ensemble des pouvoirs publics belges. C’est pourquoi le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a pris acte avec satisfaction de la déclaration du chef du gouvernement fédéral ce mercredi sur une « intensification du dialogue » entre la Belgique et la Commission européenne sur les investissements.



     

  • image-generique-news

    Un contrat d’administration pour Wallonie-Bruxelles International (WBI)

    Ce mercredi, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur proposition du Ministre-Président Rudy Demotte a validé le projet de contrat d’administration de WBI. Il s’agit d’une déclinaison du contrat d’administration lancé en 2016. A travers celui-ci, Wallonie-Bruxelles International souhaite devenir une administration cohérente et efficace qui conjugue les priorités des acteurs avec les priorités géopolitiques.

    Ce contrat d’administration contient une planification stratégique à cinq ans contenant :

    • Une description des missions
    • Une analyse de l’environnement et des principaux acteurs
    • Les objectifs stratégiques et opérationnels
    • Les projets stratégiques
    • L’affectation des moyens budgétaires et des ressources logistiques
    • Les modalités de fonctionnement entre les Gouvernements et l’organisme
    • Les modalités de communication externe
    • Les plans de personnel et les organigrammes

    Les deux axes stratégiques structurant ce document reflètent les priorités fixées par les Gouvernements à savoir la promotion des valeurs universelles et la contribution à l’attractivité ainsi qu’au développement économique de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.



     

  • image-generique-news

    Le Gouvernement adopte le calendrier scolaire pour les années 2017-2018 et 2018-2019

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté ce mercredi 10 mai en troisième et dernière lecture les arrêtés fixant les congés scolaires pour les années scolaires 2017-2018 et 2018-2019 dans l’enseignement obligatoire, l’enseignement secondaire artistique à horaire réduit et les Centres PMS.

    Voici les calendriers :

    Année scolaire 2017-2018
    Rentrée scolaire vendredi 1er septembre 2017
    Fête de la Communauté française mercredi 27 septembre 2017
    Congé d’automne (Toussaint) du lundi 30 octobre 2017 au vendredi 3 novembre 2017
    Vacances d’hiver (Noël) du lundi 25 décembre 2017 au vendredi 5 janvier 2018
    Congé de détente (Carnaval) du lundi 12 février 2018 au vendredi 16 février 2018
    Vacances de printemps (Pâques) du lundi 2 avril 2018 au vendredi 13 avril 2018
    Fête du 1er mai mardi 1er mai 2018
    Congé de l’Ascension jeudi 10 mai 2018
    Lundi de Pentecôte lundi 21 mai 2018
    Les vacances d’été débutent le lundi 2 juillet 2018

     

    Année scolaire 2018-2019
    Rentrée scolaire lundi 3 septembre 2018
    Fête de la Communauté française jeudi 27 septembre 2018
    Congé d’automne (Toussaint) du lundi 29 octobre 2018 au vendredi 2 novembre 2018
    Vacances d’hiver (Noël) du lundi 24 décembre 2018 au vendredi 4 janvier 2019
    Congé de détente (Carnaval) du lundi 04 mars 2019 au vendredi 8 mars 2019
    Vacances de printemps (Pâques) du lundi 15 avril 2019 au vendredi 26 avril 2019
    Fête du 1er mai mercredi 1er mai 2019
    Congé de l’Ascension jeudi 30 mai 2019
    Lundi de Pentecôte lundi 10 juin 2019
    Les vacances d’été débutent le lundi 1er juillet 2019


     

Page 1 sur 10712345102030Dernière page »