• Canada-2

    Signature d’un Protocole d’entente sur la coproduction audiovisuelle avec le Canada

    Le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte se réjouit de la signature, ce lundi à Ottawa, d’un Protocole d’entente sur la coproduction audiovisuelle entre le Gouvernement du Canada et les Gouvernements respectifs des Communautés française, flamande et germanophone.  Continue Reading

  • HD_CP_signature_Antiradicalisation-0bis

    La Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région bruxelloise et plusieurs villes et communes wallonnes et bruxelloises renforcent leur collaboration en matière de prévention de la radicalisation violente

    Ce vendredi 2 mars, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région bruxelloise et les villes et communes de Bruxelles, Anderlecht, Molenbeek-Saint-Jean, Liège, Verviers, Namur et Charleroi ont renforcé leur collaboration en matière de  prévention de la radicalisation violente en s’engageant, au travers d’un protocole de collaboration, à  développer les échanges d’informations et les partenariats utiles à l’efficacité de leurs actions. Continue Reading

  • image-generique-news

    Inscriptions : Analyse des pistes d’évolution du décret

    Sur proposition de la Ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé, ce mercredi 21 février, une note faisant le point sur les pistes d’adaptation de la procédure des inscriptions en 1ère année du secondaire.

    Pour rappel, l’objectif principal du Gouvernement est de créer des places pour garantir le libre choix de toutes les familles. Pour y parvenir, une enveloppe structurelle de 20 millions d’euros est attribuée chaque année suite à un appel à projets lancé en direction des réseaux et des Pouvoirs organisateurs. Le résultat du premier appel est communiqué ci-dessous.

    Depuis le début de la législature, le Gouvernement a permis la création ou la programmation de plus de 47.000 places. Quatre nouvelles écoles secondaires ont été ouvertes à Bruxelles à la rentrée 2017. De plus, le Gouvernement a octroyé un numéro « fase » à deux nouvelles écoles dans le Brabant wallon.

    Un troisième établissement situé en Brabant wallon a reçu une autorisation d’ouverture ce 21 février. Il s’agit d’un projet de pédagogie active situé à Genval, dont les promoteurs souhaitent l’ouverture en septembre 2018. L’établissement sera affilié au réseau Felsi.

    Parallèlement aux efforts du Gouvernement en matière de créations de places, la volonté est d’évaluer et d’améliorer le « décret inscriptions ». Des améliorations au décret devraient être envisagées pour autant qu’elles poursuivent les objectifs suivants :

    • la transparence du processus: il faut, autant que possible, simplifier le processus afin de le rendre plus lisible ;
    • l’égalité de traitement: il faut maintenir un processus qui assure à chacun des chances égales de pouvoir s’inscrire dans l’école de son premier choix ;
    • la prise en compte des différences objectives entre zones rurales et urbaines.

    Afin d’éviter l’émergence d’un sentiment d’injustice dans le chef des familles, il est primordial d’assurer un cadre stable reposant sur un large consensus politique et bénéficiant de la plus grande acceptation sociale possible. Une révision du décret inscription doit donc transcender le clivage majorité-opposition et associer l’ensemble des partis représentés au Parlement afin que le décret ne soit pas remis en cause à chaque législature.

    Pour cette raison, il a été suggéré au Parlement de créer un groupe de travail issu de la commission éducation, dont l’objet serait de remettre un avis sur base des propositions listées par le Gouvernement. A chaque proposition est jointe une analyse de ses avantages et inconvénients.

    Ce groupe de travail pourrait, s’il le souhaite, bénéficier de l’assistance technique des cabinets et des services du Gouvernement.

    Dans le cadre des balises citées ci-dessus, et parmi les propositions listées, le Gouvernement privilégie les pistes d’adaptation suivantes :

    1. Pour ce qui concerne les critères de distance:

    –   la suppression ou la réduction du poids de la référence à l’école primaire dans le calcul de l’indice composite ;

    –   la mesure de la proximité avec une école par cercles concentriques plutôt qu’en distance absolue permettrait de limiter l’effet « ghettoïsation » que peut engendrer dans certains cas le critère géographique.

    2. Pour ce qui concerne l’offre scolaire dans la commune de l’école primaire:

    –   la suppression du coefficient accordé aux élèves scolarisés dans une commune n’offrant pas sur son territoire un enseignement secondaire confessionnel et non confessionnel, en évaluant l’intérêt de conserver ce critère dans les zones rurales.

    3. Pour ce qui concerne le traitement des préférences :

    –   le renforcement de la valorisation de la première préférence permettrait de mieux prendre en compte le choix pédagogique des parents sans entrainer de risque d’inégalité de traitement entre élèves.

    (+ Voir Annexe CP Inscriptions )



     

  • image-generique-news

    Résultats de l’appel à projets en direction des réseaux : Une enveloppe de près de 30 millions d’euros pour la création de nouvelles places !

     

    Sur proposition de Marie-Martine Schyns, Ministre de l’Éducation, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé, ce mercredi 21 février, d’octroyer des subventions à 28 projets de tous les réseaux d’enseignement permettant la création de 5.386 nouvelles places (856 dans le fondamental et 4.530 dans le secondaire).

    Cette décision fait suite au premier appel à projets lancé en 2017 dans le cadre du nouveau plan visant à créer de nouvelles places de manière structurelle et objective dans les zones en tension démographique. Continue Reading

  • image-generique-news

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles soutient la formation des journalistes

    Sur proposition du Vice-Président du Gouvernement et Ministre des Médias, Jean-Claude Marcourt, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de renouveler la mission confiée à l’Association des Journalistes professionnels qui consiste à favoriser la formation des journalistes, dans le cadre du programme AJPRO.

    Un budget de 150.000 euros est libéré ce jour afin de couvrir la formation des journalistes dans le secteur du numérique. Pour ce qui concerne la formation « hors champ numérique », le Gouvernement octroie également une subvention de 35.000 euros à l’AJP pour l’année 2018.

    Le Ministre Marcourt souhaite renforcer le panel de formation à disposition des journalistes et d’ajouter : « l’objectif est de proposer aux journalistes un panel de formations courtes et spécifiques, quels que soient leur statut ou encore le média sur lequel ils sont actifs. Nous souhaitons leur offrir des outils de développement personnel et professionnel efficaces. C’est aussi une manière de faciliter l’apprentissage de certaines compétences nécessaires à l’ère du numérique qui modifie en profondeur le visage des groupes de presse et des médias. »

    Pour rappel, une convention pluriannuelle a été signée le 22 janvier 2016 avec l’AJP. Cette convention concerne les formations qui n’entrent pas dans le champ du numérique. En effet, la formation dans le domaine du numérique fait l’objet d’une convention pluriannuelle distincte, signée en décembre 2015 entre l’ensemble de la presse écrite quotidienne et périodique francophone et l’AJP. Les formations proposées seront, sur base de ces conventions, en adéquation avec l’évolution des technologies et des besoins du secteur.



     

  • image-generique-news

    De nouvelles règles pour le secteur audiovisuel en période électorale

    Sur proposition du Vice-Président du Gouvernement et Ministre des Médias, Jean-Claude Marcourt, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé la nouvelle version du Règlement du CSA relatif aux programmes de radio et de télévision en période électorale. Continue Reading

  • image-generique-news

    Le cirque bruxellois sera mis à l’honneur en 2018

    A l’initiative du Ministre de la Promotion de Bruxelles, Rachid Madrane, le Gouvernement a approuvé ce mercredi l’octroi d’une subvention de 275.000 euros à l’asbl VISIT.BRUSSELS afin de mettre en lumière et de promouvoir le cirque contemporain bruxellois. 

    Après l’art contemporain au Palais de Tokyo à Paris en 2016 et la danse contemporaine au Radial System à Berlin en 2017, c’est en effet au tour de la scène circassienne bruxelloise d’être mise à l’honneur cette année, avec un projet de plus grande ampleur que les deux éditions précédentes. Mené en collaboration avec l’espace Catastrophe, l’ESAC, la Ville de Bruxelles et les Halles de Schaerbeek, il se déroulera sur plusieurs mois et comportera un volet national et un volet international.

    Au niveau international, huit compagnies bruxelloises sont invitées à donner, entre septembre 2018 et janvier 2019, plus de cent représentations dans cinq régions d’Italie et en de France (Piémont, Emilie Romagne, Pays de Loire, Bretagne et Savoie).

    Mais les arts du cirque seront aussi célébrés à Bruxelles même, où plusieurs événements majeurs se dérouleront entre mars 2018 et mars 2019, comme l’organisation du Fresh Circus #4 – séminaire international des Arts du Cirque, l’inauguration des nouveaux bâtiments de l’ESAC – une des écoles de cirque les plus prestigieuses au monde – ou encore la réunion, pour la première fois à Bruxelles, de la convention de Circostrada – European Network of Circus and Street Arts, sans oublier les festivals Up, Hopla, ou Hors Pistes.

    La subvention accordée à VISIT.BRUSSELS doit lui permettre de coordonner les différentes activités circassiennes qui se dérouleront dans notre capitale et de faire la promotion du volet national et international du projet.

    ***

  • image-generique-news

    Pacte national pour les investissements stratégiques / Le Pacte pour un enseignement d’excellence et la recherche, investissements prioritaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles défendra ses investissements consentis dans le cadre de la mise en œuvre du Pacte pour un Enseignement d’excellence et de la Recherche scientifique auprès du Premier ministre Charles Michel en vue du « Pacte national pour les investissements stratégiques ».

    Depuis l’annonce de la création de ce pacte à l’automne 2016, le gouvernement de la FWB s’est pleinement investi dans ce processus visant à engager un dialogue avec la Commission européenne pour plus de souplesse dans l’évaluation des trajectoires budgétaires.

    Alors que l’enseignement et la recherche ne figuraient dans un premier temps pas dans les thèmes définis par le gouvernement fédéral en matière d’investissements stratégiques, ceux-ci ont été intégrés dans la réflexion par le Comité stratégique du Pacte dès septembre 2017.

    La pertinence des dépenses liées au Pacte pour un Enseignement d’excellence a été réaffirmée lors d’une réunion intercabinet mi-janvier, et ce malgré leur incompatibilité théorique avec la définition comptable d’un investissement telle que prévue dans le SEC 2010.

    « Le Pacte d’excellence représente bien un investissement, que ce soit du point de vue économique que politique, puisque le budget de la FWB devra supporter une hausse temporaire des dépenses afin de mettre en œuvre cette importante réforme », explique le Ministre-Président Rudy Demotte. « On ne peut pas réduire le bien-fondé d’un investissement uniquement par sa classification comptable SEC 2010 ! »

    Le Bureau du Plan a par ailleurs reconnu la complexité de la quantification des impacts du Pacte pour un Enseignement d’excellence sur l’économie. « Face à cette particularité, nous avons demandé et obtenu du Premier ministre que les impacts de ce type d’investissement puissent faire l’objet d’une analyse qualitative pour démontrer leur caractère productif pour l’économie », précise M. Demotte.

    Les dépenses annuelles de financement de la Recherche peuvent, elles, être considérées comme des investissements au sens du SEC 2010, d’après le Bureau du Plan, et figureront sur la liste des investissements stratégiques de la FWB.

    Au total, le montant des investissements qui seront défendus par la FWB dans le cadre du Pacte national pour les investissements stratégiques représentent un montant entre 300 et 400 millions par an à l’horizon 2020.



     

  • image-generique-news

    La question migratoire au cœur d’un projet soutenu par la FWB en Guinée

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a confirmé mercredi son soutien à la poursuite des négociations sur le financement du projet « WONTANARA » par le Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique.

    « Ce programme, porté par la fondation ECES (European Centre for Electoral Support), vise à aborder la question des migrations dans une vision holistique en agissant sur la création d’emplois locaux dans les principales zones de la migration intra-guinéenne, en accompagnant les retours des migrants n’obtenant pas le statut de réfugié et en impliquant les diasporas européennes », détaille le Ministre-Président Rudy Demotte, en charge des Relations internationales.

    D’un budget de 35 millions d’euros sur 4 ans, provenant entièrement du Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, le projet serait co-présidé par Wallonie-Bruxelles International et l’APEFE avec un représentant du Programme guinéen de Réforme de l’Etat et de Modernisation de l’Administration (PREMA). Le programme impliquerait également l’Université de Liège (Cellule d’appui politologique en Afrique et dans les Caraïbes), ECES, le Réseau Mondial Guinée Nouvelle ainsi que l’AWEX, le Forem et Fedasil.

    La Guinée a été récemment identifiée par la FWB et la Région wallonne comme cible pour la constitution d’un nouveau partenariat de coopération. « Ce projet, s’il aboutit et reçoit le feu vert du Fonds fiduciaire d’urgence, contribuera dès lors positivement aux futurs contacts avec les autorités guinéennes », relève Rudy Demotte.



     

  • image-generique-news

    Cadastre des subventions en Fédération Wallonie-Bruxelles / Transparence et efficacité

    À l’instar de la simplification, la transparence constitue un objectif prioritaire du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cet objectif suppose d’adopter une démarche cohérente autant que réaliste ; de s’appuyer sur des outils performants ; d’engager des actions concrètes et ciblées dans des délais raisonnables. 

    En matière de subventions, le Gouvernement travaille résolument dans cette direction afin de favoriser la transparence et d’harmoniser ses pratiques en FWB. L’intention, réaffirmée à l’issue du conclave budgétaire pour l’initial 2018, est donc, non seulement, de rendre les subventions plus accessibles, mais aussi de permettre une meilleure visibilité de celles déjà octroyées.

    Le Ministre André Flahaut se réjouit, d’une part, du vote à l’unanimité par le Parlement d’une proposition de décret visant l’établissement d’un cadastre des subventions, et, d’autre part, de l’approbation par le Gouvernement, réuni ce 24 janvier, d’une note d’orientation visant à mettre en œuvre la transparence souhaitée en ce domaine. Laquelle représente, à ses yeux, une occasion de renforcer la démocratie et de concourir à son bon fonctionnement. 

    Il convient de saluer la méthode de travail originale associant Parlement et Gouvernement. Cette méthode a permis de s’engager dans une direction pragmatique capable d’apporter des solutions concrètes et innovantes.

    Sachant qu’il n’existe, à l’heure actuelle, aucune gestion centralisée, harmonisée et informatisée des subventions en Fédération Wallonie-Bruxelles, le Ministère a choisi de développer une solution informatique s’appuyant sur le cadre juridique des « données ouvertes » (OPEN DATA), lequel permet de rendre accessible l’ensemble des informations publiques. Sont, dès lors, concernées toutes les subventions octroyées par une « instance subsidiante » de la Fédération.

    Afin d’assurer, de manière cohérente et concertée, le suivi des actions dans leurs différentes phases, sera établi prochainement un groupe de travail (GT) « Transparence », présidé par le représentant du Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative.



Page 1 sur 11312345102030Dernière page »