• image-generique-news

    Présidentielle française 2017 : réaction de Rudy Demotte

    Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, prend acte des estimations de résultats à l’issue du premier tour du scrutin de l’élection présidentielle française et déplore la qualification de la candidate du FN.
    L’élection française a passionné et passionne le public belge et international tant l’enjeu est important : la France est, souligne Rudy Demotte, le pays des droits de l’homme, c’est un laboratoire pour toute l’Europe.
    « Aujourd’hui, il ne faut pas que la vague populiste balaie la France, juste après l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis. Le succès du FN est et reste inquiétant, les idées extrêmes percent partout et malheureusement pas uniquement dans la société française. »
    Ce scrutin témoigne pour Rudy Demotte du désarroi et du malaise profonds dans lesquels se trouvent les citoyens français, se sentant éloignés, abandonnés des centres de décisions.
    « À deux semaines du deuxième tour et à quelques semaines des élections législatives, il faut que nos voisins français fassent barrage au populisme et aux idées dangereuses du FN en soutenant Emmanuel Macron qui devra formuler des propositions constructives pour lutter contre les inégalités qui fracturent la société française et redonner de l’espoir. »​



     

  • image-generique-news

    Réforme du financement des infrastructures des hôpitaux universitaires

    Sur proposition du Ministre-Président Rudy Demotte, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté ce jour un avant-projet de décret concernant le mécanisme de financement des infrastructures des hôpitaux universitaires.

    En effet, suite à la 6e réforme de l’État, la Fédération est compétente pour la gestion budgétaire des quatre infrastructures hospitalières universitaires implantées en Wallonie et à Bruxelles : le CHU de Liège, les Cliniques universitaires de Mont-Godinne, Saint-Luc et Erasme. Les hôpitaux non-universitaires sont gérés par les Gouvernements régionaux.

    Dorénavant, tout comme pour les hôpitaux régionaux wallons, le principe de facturation au patient d’un « prix d’hébergement » sera retenu pour calculer les montants relatifs au financement des infrastructures, de l’entretien et de l’équipement des hôpitaux universitaires.

    L’ancien mécanisme complexe de financement public des hôpitaux universitaires appliqué par le fédéral, impliquant notamment des révisions de prix plusieurs années après la fin des travaux, est donc abandonné, en parfaite collaboration et concertation avec le secteur, au profit d’un système de financement simplifié responsabilisant les acteurs.

    Ce nouveau système de financement n’impactera en rien le coût de l’hospitalisation pour les patients, puisque ce prix d’hébergement sera pris en charge par l’organisme assureur (la mutuelle) qui en répercutera le coût sur la Fédération, et permettra la poursuite de l’accueil des patients dans un cadre adéquat favorisant la qualité et la sécurité des soins prodigués.



     

  • image-generique-news

    Création d’une Agence de la dette en Fédération Wallonie-Bruxelles

    Afin de rendre à la population les services dont elle a besoin dans les matières aussi importantes que celles que la Fédération Wallonie-Bruxelles gère, il est indispensable que celle-ci ait accès aux liquidités nécessaires pour verser les dotations, payer les traitements, les subventions, les bourses ainsi que l’ensemble de ses autres dépenses.

    Le Gouvernement de la Fédération-Wallonie Bruxelles a donc approuvé ce 19 avril, sur proposition d’André Flahaut, Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la simplification administrative, la création d’une Agence de la dette. Conformément à ce que prévoit la Déclaration de politique communautaire 2014-2018, cette  structure sera à l’instar du fédéral, intégrée au sein la direction générale de la trésorerie et sous son autorité, dotée d’un statut sui generis lui permettant de recruter des experts. Le Contrat d’Administration évoque par ailleurs le projet de création d’une telle Agence afin de disposer d’une structure et de pratiques de management permettant de répondre aux enjeux d’efficience et de qualité de service.

    Le Ministre Flahaut précise : « compte tenu de l’importance stratégique de cette mission pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, il est important de pouvoir donner à ces experts qui gèrent aujourd’hui la dette et à ceux à venir, un cadre et des procédures spécifiques, adaptés à l’environnement des marchés financiers dans lequel ils travaillent. Ce cadre doit permettre de prévoir au mieux les évolutions de ces marchés. »



     

  • image-generique-news

    La Fédération Wallonie-Bruxelles allège le fardeau administratif des citoyens !

    Sur proposition d’André Flahaut, Ministre du budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté en première lecture, ce 19 avril, deux projets d’arrêté qui visent à dépoussiérer de nombreux textes juridiques. L’objectif ? Lever tous les obstacles pour permettre une communication plus simple, via un mail, un formulaire en ligne ou un accès à une plateforme interactive.

    Le Ministre Flahaut explique : « Il s’agit de faire entrer pleinement la Fédération Wallonie-Bruxelles dans l’ère numérique en permettant aux agents de l’administration d’offrir un service moderne et performant et donc de faciliter, in fine, la vie des citoyens. Les relations avec l’administration sont souvent complexes et les démarches à entreprendre longues. Par ailleurs, les informations reçues ne sont pas toujours adaptées aux situations individuelles. Ce sont autant de sources d’insatisfaction que les citoyens, utilisateurs des services publics, expriment régulièrement.

    Les mesures proposées visent donc à accentuer la dématérialisation des démarches administratives et à favoriser l’accès des citoyens à des informations personnalisées. Une première série de modifications est aujourd’hui introduite. Elles suppriment, par exemple, toute référence à une formalité papier ou manuscrite, telle que l’envoi par courrier postal en remplaçant les termes dans le texte par des termes « technologiquement neutres » qui laissent le choix du procédé utilisé. En d’autres termes, on oblige plus les administrations à demander des formalités papier. »

    Ces projets d’arrêtés seront représentés au Gouvernement une fois l’avis du Conseil d’Etat reçu. D’autres modifications sont prévues. Le projet « communication par voie électronique » est le fruit d’une collaboration entre plusieurs services de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne qui réalise la même action.

    Le Ministre Flahaut conclut en se réjouissant de cette modernisation de la communication : « celle-ci traduit la transformation de l’action publique. Elle constitue également l’un des principaux axes d’amélioration de la qualité des services au public.  La relation de confiance entre les citoyens et l’administration devrait ainsi se voir renforcée ».

    Pour toute information sur les actions de simplification administrative : http://www.ensemblesimplifions.be/



     

  • Image Générique News

    150.000 euros supplémentaires pour un meilleur subventionnement des centres de vacances accueillant des enfants issus de milieux précarisés ou porteurs d’un handicap

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé en première lecture le projet d’arrêté de la Ministre de l’Enfance Alda Greoli, modifiant l’arrêté du 17 mars 2004 déterminant certaines modalités d’agrément et de subventionnement des centres de vacances. Un budget de 150.000 euros est prévu pour augmenter les moyens alloués aux centres de vacances qui accueillent des enfants issus de milieux défavorisés ou des enfants porteurs de handicap.

    Alda Greoli : « Les centres de vacances qui font le choix de l’inclusion doivent être encouragés, afin de favoriser l’esprit de coopération et d’inclusion chez nos enfants et de répondre aux besoins des parents concernés. »

    Les centres de vacances concernés sont ceux qui proposent des activités durant les congés scolaires de deux semaines consécutives au moins. Leur subvention couvre aussi bien des frais d’encadrement et/ou de fonctionnement. Celle-ci est calculée sur base d’un forfait, multiplié par le nombre de jours d’activités et le nombre d’enfants présents. Ce forfait est déjà actuellement complété par un montant quotidien pour l’intégration d’enfants porteurs d’un handicap et d’enfants issus d’un milieu défavorisé sur le plan socio-économique. C’est ce montant complémentaire qui sera revalorisé, jusqu’à doubler voire tripler.

    Il est décidé de porter le complément de la subvention de fonctionnement à :

    • 0,9 € / jour pour l’enfant dont les parents sont en situation de précarité (0,7 € auparavant)
    • 7,5 € / jour pour l’enfant porteur d’un handicap léger (2,5 € auparavant)
    • 8,5 € / jour pour l’enfant porteur d’un handicap lourd (3,5 € auparavant)

    En 2015, ce sont 888 enfants qui étaient concernés par ces majorations, pour un total de 205.602 journées en centre de vacances. Un budget de 150.000 euros est prévu afin de couvrir ces augmentations de subventions.



     

  • image-generique-news

    Le prix unique du livre poursuit son parcours en Communauté française !

     

    Sur proposition de la Ministre de la Culture Alda Greoli, l’avant-projet de décret assurant la protection culturelle du livre de langue française a effectué son troisième passage devant le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dès à présent, l’avant-projet est adressé au Conseil d’Etat pour avis.

    Le livre est un élément majeur de notre environnement culturel. Uniformiser le prix du livre aura des effets bénéfiques directs et indirects sur l’entièreté de la chaîne du livre :

    • Cela va accroître la liberté des auteurs dans leur processus d’écriture et la juste valorisation de leur travail
    • La diversité des éditeurs, notamment locaux, s’en trouvera encouragée
    • Les libraires pourront enfin faire jouer à plein leurs qualités de conseil, d’offre variée et d’animation
    • Enfin, ce sont tous les lecteurs qui y gagneront, en voyant d’une part les tarifs annoncés par les éditeurs davantage respectés et l’offre de livres renforcée dans ses caractères varié et qualitatif.

    Le parcours d’un tel texte essentiel est relativement long avant d’être définitivement voté. Depuis l’adoption del’avant-projet en 1ère lecture en juillet 2016, le texte a, en effet, été soumis aux instances d’avis : Conseil du livre, bibliothèques publiques et libraires francophones ; et à la Commission européenne. Quelques précisions assurant la compatibilité de l’avant-projet avec le droit de l’Union européenne ont été apportées.

    En outre, l’application du décret dans les lieux de diffusion bilingue (Bruxelles) devra par ailleurs faire l’objet d’un accord de coopération avec la Communauté flamande. L’avant-projet est désormais examiné par le Conseil d’Etat, dont l’avis est attendu avant l’été. Un quatrième passage devant le Gouvernement sera alors nécessaire, avant d’être proposé au Parlement à l’automne.

    Ce processus devrait aboutir fin d’année, avant une entrée en vigueur progressive début 2018.



     

  • image-generique-news

    Lutte contre le radicalisme et promotion du vivre-ensemble : organisation de représentations théâtrales à caractère pédagogique pour les écoles secondaires et les associations.

    Sur proposition du Ministre-Président Rudy Demotte, le Gouvernement a approuvé un projet de convention avec le théâtre de Liège pour la mise en place d’un dispositif pédagogique à destination des écoles secondaires et des organisations d’éducation permanente.

    Concrètement, Trente lectures-spectacles seront organisées gratuitement en Wallonie et à Bruxelles, chaque représentation sera accompagnée d’un débat menés par des personnes ressources qualifiées et les enseignants bénéficieront d’un dossier pédagogique construit pour l’occasion.

    Ce projet -mené dans le cadre de la politique de prévention des extrémismes et des radicalismes violents- a pour objectif de stimuler la réflexion individuelle et collective sur l’engagement politique, la légitimité de la violence et l’extrémisme politique et religieux, à partir des travaux de l’islamologue Rachid Benzine, et de son livre « Pourquoi n’ai-je rien vu venir, Lettre à ma fille ».

    Un budget de 83.135 € a été dégagé pour mener à bien ce projet.



     

  • image-generique-news

    NEPAL : pérennisation de la dynamique d’archivage numérique des contenus audiovisuels des télévisions locales

    Sur proposition du Vice-Président du Gouvernement et Ministre des médias, Jean-Claude Marcourt, le Conseil des Ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles approuve la convention avec l’ASBL Fédération des télévisions locales Wallonie-Bruxelles relative à l’archivage numérique de leurs contenus audiovisuels.

    La convention stabilise dans le temps le plan de numérisation des archives des télévisions locales « NEPAL » et, in fine, le partenariat entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Fédération des Télévisions locales par l’établissement d’une convention pluriannuelle.

    Dans le cadre de cette nouvelle convention, le Ministre Marcourt adopte ce jour un arrêté octroyant une subvention de 206.000 euros pour l’année 2017 à l’Asbl Fédération des télévisions locales Wallonie-Bruxelles pour l’archivage numérique de leurs contenus. Et le Ministre de conclure : « Une attention particulière est apportée à la préservation et à la valorisation des patrimoines des institutions de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cet archivage permet également de consolider une stratégie de diversification et d’exploitation des contenus audiovisuels des acteurs en présence. »



     

     

  • pension

    Réforme des pensions : on ne sauvera pas nos pensions en puisant dans la poche des fonctionnaires

    Alors que la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé, via le Pacte d’Excellence, d’investir massivement dans son enseignement dès 2017 et pour les 15 années à venir afin d’améliorer la qualité de l’enseignement et, notamment,  les conditions de travail des enseignants, le fédéral lui décide de rendre le métier d’enseignant moins attractif en supprimant la valorisation gratuite des années d’études.

    « Le Ministre Bacquelaine s’entête. Il poursuit ses réformes dont la seule ambition est la recherche d’économies. On ne sauvera pas les pensions en puisant dans la poche des fonctionnaires ! », réagit Rudy Demotte.

    Le Ministre-Président a déjà dénoncé à plusieurs reprises les effets dévastateurs des autres mesures du Gouvernement fédéral à l’encontre du secteur public. Il pense en particulier aux enseignants. Par ailleurs il s’inquiète du report de l’âge de la pension légale, de la suppression du bonus pension, de l’allongement de la carrière pour l’obtention d’une pension complète ou pour l’accès à la pension anticipée.  Il est également préoccupé par les discussions autour de la réforme des métiers pénibles. Ces réformes successives pourraient, au final, prolonger la carrière des enseignants de 5 à 7 ans.

    Cette réforme est selon Rudy Demotte une nouvelle attaque de ce Gouvernement conservateur à l’encontre des services publics.

    « L’objectif budgétaire et idéologique l’emporte au détriment de dizaines de milliers de familles, c’est très regrettable », conclut le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.



     

  • cbaaac96-d8d0-11e6-a317-3e3700d50dc7_web__scale_0.0983333_0.0983333

    Les coups durs pour les travailleurs se succèdent!

    Juste une semaine – jour pour jour -après l’annonce faite par la direction générale de l’Entreprise Cleanlease, c’est maintenant au tour des travailleurs de l’entreprise Pompes Deplechin de subir de plein fouet des menaces de licenciements. 32 emplois, en suspens depuis des semaines, seraient perdus et, à nouveau, des dizaines de familles touchées. Ici aussi, la procédure Renault va être enclenchée. Pour le Bourgmestre Rudy Demotte, « c’est à nouveau une manifestation de violence sociale envers les salariés: les travailleurs trinquent et, encore une fois, les explications de la direction ne semblent pas très claires. Un nouveau coup de couteau dans le contrat social. »

    Et le Bourgmestre Rudy Demotte de poursuivre: « il ne faut pas baisser les bras et c’est dans ces circonstances que j’entends réaffirmer ma solidarité totale avec les travailleurs. Je prends contact dès cet instant avec les organisations syndicales pour voir comment soutenir ensemble et efficacement les ouvriers et les employés ».



Page 1 sur 10512345102030Dernière page »