• image-generique-news

    Le Cours de Philosophie et citoyenneté dans l’enseignement secondaire adopté en deuxième lecture au Gouvernement

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté, ce mercredi 17 mai 2017, l’avant-projet de décret relatif à la mise en œuvre du cours de philosophie et de citoyenneté dans l’enseignement secondaire pour la rentrée de septembre 2017.

    Dans l’enseignement officiel, ainsi que dans le libre non confessionnel qui offre le choix entre les différents cours philosophiques, une des deux périodes de religion ou de morale non confessionnelle sera remplacée par une période de philosophie et citoyenneté.

    Le choix de la deuxième heure de cours philosophique doit être formulé pour le 1er juin via le formulaire qui va leur être remis dans les jours suivants (cf.annexe).

    Quatre possibilités se présentent à eux :

    • deux heures de citoyenneté
    • une heure de citoyenneté + une heure de morale
    • une heure de citoyenneté + de une heure parmi les cinq religions reconnues

    Pour rappel, l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté a pour ambition d’appliquer les démarches et outils de la philosophie (comme le questionnement) à l’objet et l’objectif de citoyenneté.

    Les objectifs de ce cours sont :

    • le développement de compétences et de savoirs relatifs notamment à l’éducation philosophique et éthique et à l’éducation au fonctionnement démocratique, y compris l’éducation au bien-être qui constitue un objectif inhérent aux objectifs précités,
    • le développement de modes de pensées, de capacité d’argumentation et de raisonnement critiques et autonomes ainsi que le développement d’attitudes responsables, citoyennes et solidaires

    Les élèves devront apprendre à réfléchir avant de se faire une idée sur un sujet. L’ambition est également de faire comprendre aux élèves les principes de la démocratie et d’un Etat de droit. L’EPC n’est évidemment pas LA solution à toutes les questions de sociétés mais il devrait aider à surmonter les préjugés et fournir aux jeunes des clés qui ouvrent les portes vers une meilleure compréhension de l’autre pour une société plus harmonieuse

    Du point de vue organisationnel, le décret met en place les conditions dans lesquelles un enseignant de secondaire peut donner cours d’EPC et garantit le maintien de l’emploi. Il assouplit également le décret de l’an dernier pour le primaire afin de répondre aux difficultés rencontrées sur le terrain.

    Les principales modalités d’organisation, pour le primaire comme pour le secondaire, sont les suivantes :

    • Les enseignants doivent être au minimum bachelier ou équivalent pour le secondaire inférieur et master ou équivalent pour le secondaire supérieur ;
    • Les enseignants peuvent choisir de donner le cours de Philosophie et Citoyenneté moyennant une formation à la neutralité (excepté s’ils sortent de l’enseignement officiel) et une formation à la didactique spécifique au cours d’EPC d’ici 2021 (choix qui a été effectué l’an dernier en primaire) ;
    • on donne à tous les enseignants ayant optés pour l’EPC deux périodes par semaine pendant 4 ans pour se former et préparer le cours ;
    • on limite à 6 le nombre maximal d’implantations dans lesquelles les enseignants doivent prester. Le cas échéant, ils pourront compléter leur horaire en faisant des activités au sein des implantations : remédiation, animation et surveillance de la médiathèque, accompagnement des élèves lors des activités externes…
    • on assure le maintien à l’emploi des professeurs de religion et de morale (primaire et secondaire) via un éventail d’activités en lien avec leur cours plus larges que l’an dernier


     

Comments are closed.