• image-generique-news

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles approuve le décret instaurant un examen d’entrée en médecine et dentisterie Sans réponse rapide du Fédéral, le Gouvernement de la Fédération saisira le Comité de concertation

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé, en dernière lecture, le décret instaurant un examen d’entrée en médecine et dentisterie. Il sera présenté la semaine prochaine au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce texte fait suite aux différents arrêts et ordonnances rendus par le Conseil d’Etat et les Tribunaux.

    Pour rappel, le Gouvernement fédéral a sommé en septembre dernier la Fédération Wallonie-Bruxelles de mettre en place un examen d’entrée. En contrepartie, le Gouvernement Fédéral s’engageait à délivrer les attestations INAMI pour tous les étudiants actuellement en cours de formation. En effet, cet examen a dû être instauré après que le mécanisme du concours en fin de première année ait été mis en défaut par le conseil d’Etat pour cause de mauvaise gestion de la planification médicale par le Gouvernement fédéral, estimant insuffisante la motivation des quotas.

    Cette situation a conduit Jean-Claude Marcourt a écrire au Premier Ministre et à sa Ministre de la Santé les 7 février et 3 mars derniers : « Puis-je vous demander de m’indiquer la position que prendra le Gouvernement fédéral à l’égard du contingentement des diplômés en sciences médicales pour l’année 2022 et des diplômés en sciences dentaires pour l’année 2021 ? Pouvez-vous me confirmer qu’il va de soi que l’absence de quotas doit également avoir pour conséquence de permettre d’octroyer sans condition un numéro INAMI à tous les étudiants en cours de cursus ? (…) Il me semble nécessaire de garantir la plus grande sécurité juridique du mécanisme de sélection qui, pour rappel, a été instauré à votre demande en Fédération Wallonie Bruxelles. Il est également essentiel d’assurer d’une part la délivrance des attestations INAMI aux étudiants qui seront prochainement diplômés et d’autre part d’informer les étudiants de première année de premier cycle sur les épreuves qu’ils devront présenter ».

    A ce jour, ces courriers sont restés sans réponse et il est indéniable que le Gouvernement fédéral préfère faire la sourde oreille plutôt que d’offrir des réponses aux étudiants et à leur famille.

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles demande, sans délai et dans l’intérêt des étudiants, une réunion avec le 1er Ministre et prévient : « En l’absence d’avancées concrètes de la part du Gouvernement fédéral, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles saisira le Comité de concertation».



Comments are closed.